Voici comment planifier sa pause de course en hiver


À l’approche de l’hiver, le froid s’installe et le temps d’ensoleillement diminue considérablement, jusqu’à atteindre huit heures par jour au Québec lors du solstice d’hiver.

Pour les coureurs, cela rime avec adaptation. Certains s’acclimateront en se laissant pousser la barbe pour lutter contre le froid ou en ajoutant des crampons à leurs souliers pour mordre la neige. D’autres hiberneront comme la marmotte, accrochant leurs souliers jusqu’au retour du printemps.

En matière d’adaptation, cet article portera particulièrement sur le repos du coureur en hiver. Nombreux sont ceux qui réduiront fortement leur volume de kilomètres ainsi que la fréquence de leurs sorties, ou qui arrêteront complètement. D’autres, infatigables, maintiendront le rythme de leur entraînement.

La pause

Il est conseillé de prendre une pause annuelle allant de deux à six semaines durant laquelle on court moins, question de se reposer physiquement, mais aussi psychologiquement.

Plusieurs prennent cette pause durant le temps des Fêtes. Les festivités et les nombreuses réunions complexifiant l’horaire, il peut parfois être difficile de suivre un plan d’entraînement à la lettre. On peut donc profiter de cette période pour courir quand cela est favorable et, surtout, pour le plaisir… mais aussi pour faire passer la deuxième portion de tourtière et les nombreux desserts.

Attention, s’il es